Qui suis-je ?

Une écrivaine spécialiste de l’autobiographie à votre service

Je m’appelle Anabelle Boissard, je suis née en 1971 à Rueil Malmaison (92). J’ai toujours vécu dans l’ouest parisien ou à Paris.

En 2011, j’ai créé ma microentreprise, Il Était Une Fois Ma Vie. Pourquoi ce nom ? Parce que j’ai fait de l’autobiographie ma spécialité.

Je me partage entre les activités suivantes, que ce site Internet présente plus en détail :

J’écris des autobiographies de mes clients à partir d’interviews,

Je relis, j’améliore ou je récris des autobiographies et toutes sortes d’autres livres, après que mes clients en ont rédigé le premier jet,

– je réalise des séances de coaching littéraire (autrement dit du conseil personnalisé en écriture),

– je prépare les illustrations et les couvertures des livres de mes clients,

– je les accompagne dans leurs démarches auprès des éditeurs ou imprimeurs.

Pour une raison que j’ignore, j’ai toujours voulu « écrire des livres ». Je me souviens en avoir dicté un à ma mère, alors que j’étais encore en maternelle et que je ne savais pas écrire. Je n’ai aucun souvenir du contenu – il devait être bien modeste ! -, en revanche je n’ai pas oublié mon bonheur d’avoir fait un livre et de pouvoir l’offrir à ceux qui m’étaient les plus chers. C’est peut-être de là que vient mon plaisir, aujourd’hui, de permettre aux autres d’en faire autant.

Par la suite, toujours enfant, j’ai régulièrement écrit des débuts de « romans », proches de mes lectures du moment (dans l’esprit des « Club des 5 », puis des Agatha Christie, des romans d’aventures…). Je ne les terminais pas : mes goûts littéraires changeaient avant, j’avais envie d’écrire autre chose, je passais à un autre projet de livre…

Convaincue que l’on ne pouvait pas vivre de l’écriture, j’ai opté pour des études éloignées de ma passion : lycée et classes préparatoires HEC au lycée Hoche à Versailles, puis ESCP (École Supérieure de Commerce de Paris).

J’ai longtemps travaillé dans une grande entreprise industrielle française. Cette voie me semblait bien plus raisonnable que le métier d’écrivain, qui permet à si peu de personnes de vivre décemment !…  Cependant, j’ai toujours eu l’impression de ne pas être à ma place dans les fonctions que j’occupais, j’ai toujours su qu’elles ne faisaient pas suffisamment sens pour moi…

Peu après la naissance de mon deuxième enfant, je me suis dit qu’il était temps que je me lance dans ce que j’avais toujours voulu faire sans oser franchir le pas : devenir écrivaine ! Nous étions en 2009. J’ai pris un congé parental, qui m’a permis d’écrire un roman. Mon objectif était avant tout d’avoir le plaisir d’écrire un livre, jusqu’au bout pour une fois !, et de me prouver que j’en étais capable. Tenir ce livre dans mes mains a été un grand moment !

Puis je me suis lancée dans l’écriture d’autobiographies, non pas de célébrités, mais d’anonymes, de personnes ayant à cœur de transmettre à leurs proches leur histoire, leurs expériences, leur regard sur la vie. Au plaisir de l’écriture, s’est ajouté le plaisir de faire de formidables rencontres, le plus souvent d’une très grande richesse humaine. J’ai ensuite complété cette activité par des prestations de relectrice, puis de coach littéraire pour les personnes qui veulent écrire leur livre elles-mêmes, mais qui n’y arrivent pas ou n’osent pas se lancer.

J’ai maintenant écrit ou retravaillé une centaine de livres. Chacun m’a offert une expérience humaine et littéraire unique et passionnante.

Il n’y a pas un jour où je ne me réjouisse du choix audacieux que j’ai fait en quittant une voie toute tracée et le confort du salariat pour un métier-passion, qui se renouvelle sans cesse.

Retour